ABOUT

L’inconstance de toute chose est une permanence.

Si ma démarche se nourrit de la réalité - en ce que j’appartiens moi-même à un réel - , dans ma pratique artistique, je cherche volontairement à en prendre le contre-pied et à m’en échapper pour proposer autre chose à voir et à penser. Re-dire un certain état du monde ne m’intéresse pas, et ce faisant je cherche à m’en émanciper : proposer du silence dans le dissonant, de l’apesanteur dans un monde trop lourd, une respiration quand l’on manque de souffle. En cela, l’abstraction est précisément ce qui me permet d’exprimer plus justement le sensible des choses et des formes, dans un autre espace-temps : c’est un langage en soi qui s’affranchit des codes de notre monde. 

 

La relation à l’espace est fondamentale dans ma démarche. La réflexion d’une composition sur un support au cadre déjà défini est une première mise en espace : la recherche d’un jeu de rythme, de lignes, de formes, de pleins et de vides. 

À la conception initiale de l’oeuvre, préside la conscience de l’espace environnant et une réflexion sur ses possibilités multiples de présentation : l’oeuvre - instant saisi -, immobile par les médiums qui la composent, devient mobile par ce dialogue avec l’espace dans lequel elle fait corps : jouer avec ses volumes, ses lignes, ses lumières… Cette mobilité de présentation induit une mobilité de la réception. De fait, c’est le regard qui, à son tour, est contraint de se transformer, changer de « point de vue ». 

 

C’est précisément en utilisant des médiums encore associés à quelque chose de « traditionnel » - peinture, dessin, encre - dont les possibilités de présentation sont a priori limitées, que je cherche à interroger ces même limites en les contournant. Ainsi, jouer et brouiller leur définition c’est questionner les codes mêmes de regard. Ce qui me guide est cette nécessité d’interpeller différemment le regardeur, de changer ses habitudes de perception et de vision sur l’oeuvre et ainsi, le rendre plus actif dans sa réception d’un propos.

portrait ©Gwen Hautin.jpeg

en cours d'installation de l'oeuvre Hors-Champ, in situ, 2019